Jungle-Green Ensemble protégeons la biodiversité

Construction d’un refuge pour animaux orphelins de chasse sur le Haut-Maroni

fr  en 
home contact
 Construction d’un refuge pour animaux orphelins de chasse sur le Haut-Maroni

Programme en partenariat avec les Amérindiens Wayanas du Haut-Maroni et le zoo de Guyane

Les Wayanas font partie des Amérindiens Caribes.
Ils sont présents en Guyane française, dans la région du Paru de l’este au Brésil ainsi que sur la rivière Tapanahoni au Surinam.

Leur mode de vie est menacé. La densité animalière est en effet en forte baisse en partie du aux orpailleurs qui chassent massivement pour approvisionner les sites d’orpaillage clandestins et qui empoisonnent l’eau et les poissons des rivières en y déversant impunément le mercure nécessaire à amalgamer l’or.
La fièvre de l’or contamine de plus en plus d’individus du fait du cours de l’or qui ne cesse d’ augmenter ces dernières années provoquant un véritable exode vers la Guyane au départ de la région de l’Amapa (Brésil) frontalière avec la Guyane.

Le projet consiste à construire un refuge pour animaux orphelins de chasse sur le Haut-Maroni et mettre en place d’un programme d’encouragement à la préservation des espèces animales classées sur la liste rouge par l’UICN.

Les différentes ethnies vivant en Guyane chassent. Seul les Wayanas ont conservé le droit de chasser à l’intérieur du Parc Amazonien de Guyane avec une restriction concernant les espèces classées en liste rouge par l’UICN (Tapirs, Hocco…). La chasse au singe Atèle et Hurleur provoque régulièrement des orphelins de chasse et ceux-ci finissent la plupart du temps attachés à une courte corde près du carbet d’habitation de la famille du chasseur…

Le refuge sera équipé de grands enclos adaptés à recevoir les animaux orphelins avec un programme d’allaitement approprié à chaque espèce qui sera suivi d’un nourrissage le plus proche possible de celui des individus sauvages.

Un programme de réhabilitation puis de réintroduction par paliers dans leur biotope sera mis en place. Nous savons que le pourcentage de réussite en matière de réintroduction est faible de l’ordre de moins de 10% pour des animaux nés en captivité issues de parcs animaliers européens. Le problème est la possible contamination contractée durant la captivité qui pourrait s’avérer catastrophique pour ses semblables sauvages.

Nous n’équiperons pas les animaux de colliers émetteurs afin d’optimiser leurs chances d’intégrer un groupe. Nous leur imposerons une période de réhabilitation (palier) loin du refuge mais géolocalisé sans nourrissage où les singes par exemple auront la possibilité de retrouver les végétaux avec lesquels ils auront été nourris.

Deux Wayanas seront recrutés en tant que soigneurs du fait de leurs connaissance de l'écosytème.
L'équipe vétérinaire du zoo de Guyane assurera les soins et le suivi des animaux au centre.

L’éventualité de la récupération de jeunes félins (jaguar, puma, ocelot, jaguarundi…) ayant perdus leurs mères sera aussi envisagée.La période de nourrissage des carnivores après l’allaitement est plus complexe. Elle nécessite des captures de proies sauvages afin qu’ils soient en mesure de chasser lors du « lâcher » (un jaguar apprend à chasser avec sa mère durant deux ans…)

Retour Guyane


Vous souhaitez nous aider?

Faites un don!

Jungle-Green Association- 29 avenue des Nonnes - 17132 - Meschers/Gironde Tel: +33 (0)5 46 39 02 25 - GSM +33 (0)6 19 48 95 83
© Jungle-Green - Tous droits réservés